Question 37 année 2013

Aller en bas

Question 37 année 2013

Message par anthony.moulin le Mer 15 Jan - 19:58

Question 37 : Une entreprise doit elle privilégier l’autofinancement ou le recours à l’endettement bancaire ?
challenge Septembre 2012
Intro :
L’objectif de chaque entreprise est d’assurer son développement et sa pérennité afin de dégager du profit. Pour cela, elle dispose de plusieurs sources de financement ; en externe le recours au tiers : les actionnaires et les banques et en interne l’autofinancement.
Nous verrons dans un 1er point les avantages et inconvénients de l’autofinancement puis les la notion du recours à l’endettement bancaire.
1. L’autofinancement
Il se calcule de la manière suivante :
CAF – dividendes
A – Les avantages
1) – Indépendance financière :
Vis-à-vis des tiers ce ratio est calculé de la manière suivante :
K propres
>= 50%
K permanents
En effet, le recours à l’emprunt étant moins important, le ratio s’améliore.
2) – Améliore la Rentabilité
En limitant les Frais Fi, il améliore le RN, ainsi il renforce les fonds propres et rassure les actionnaires voire les banquiers.
Ceci se calcule par la rentabilité économique :
EBE
Capital Economique
(Actif Corp. et Incorp. +
Cbail + BFR)
Et la rentabilité financière :
RN
K Propres
3) – Plus ample marge de manœuvre
- faire face aux difficultés économiques qu’elles soient conjoncturelles ou structurelles
- saisir les opportunités immédiates d’un investissement car réactivité plus grande (pas de partenaires à convaincre)
4) – Favorise la croissance : si CAF de croissance
Une CAF de croissance (CAF > DAP) permet de faire face à de nouveaux projets internes (dvpt d’une nouvelle activité) ou externes (rachat d’une autre entreprise)
B– les inconvénients
1) – Dégradation de la trésorerie
- le non recours à l’emprunt puise dans la trésorerie, et à fortiori dans les dividendes qui seront versés, car pour qu’il y ait dividendes, il faut du résultat et de la trésorerie. A terme, l’excès d’autofinancement peut donc conduire à la perte de confiance des actionnaires.
- l’autofinancement excessif fragilise la structure de l’entreprise : pas de possibilité de rebond en cas de crise
2) – La pression fiscale est plus forte :
En effet : + d’autofinancement à – de charges fi à + de RCAI à + d’IS
3)- Croissance trop lente ou inadaptée:
- Si CAF de maintien : Même si CAF positive, il n’est pas toujours possible d’autofinancer ses projets. Elle ne couvre que les DAP donc pas de croissance possible
- Si autofinancement exclusif -> risque de dvpt trop lent -> manque de compétitivité
- Gratuité de la ressource -> potentiel gaspillage de capital investissement.
2. Le recours à l’endettement bancaire

La mission même d’une entreprise consiste à se développer sur son marché en satisfaisant ses clients afin de générer des profits. Mettre en œuvre les conditions nécessaires à une croissance profitable passe par la réalisation de dépenses et d’investissements. Ces derniers peuvent prendre forme de différentes manières dont l’endettement bancaire.
A)– Les conditions de recours à l’endettement bancaire

Pour accéder à l’endettement bancaire, il faut toutefois respecter certaines conditions.
- La nature des actifs financés
- Leur durée de vie dans le patrimoine de l’entreprise, à laquelle on veille à assortir la durée des financements
- Le coût des CBC
- L’estimation du risque par le banquier, au travers de son analyse économique et financière de l’entreprise (appétence aux risques qui varient d’un conseiller à un autre ainsi que d’un établissement bancaire à un autre)
Le banquier va se focaliser sur des ratios essentiels pour décider ou non de l’octroi d’un crédit à une entreprise :
- Une rentabilité positive (analyse de la marge brute, de l’EBE, du REX et du RN)
- L’endettement acceptable
• C’est-à-dire la capacité d’endettement :
Ressource propre
> = 1
Dettes structurelles
• La capacité de remboursement :
Dettes structurelles
< = 3
CAF
• Les charges financières : Charges financières / EBE qui doivent représenter 30 à 50%
• Une CAF prévisionnelle qui puisse couvrir les besoins de renouvellement des investissements et la variation du BFR
• Un excédent de trésorerie positif
B) – L’effet de levier

L’effet de levier décrit l’influence de l’endettement sur la rentabilité financière de l’entreprise, et plus spécialement d’un endettement supplémentaire, lorsque le rendement attendu de l’activité économique est supérieur au taux d’intérêt exigé par les prêteurs.
Rentabilité des Kpropres = rentabilité économique + (rentabilité économique – le coût de l’endettement) x le montant de l’endettement net / le montant des Kpropres
Dans l’hypothèse ou une entreprise dégage une forte rentabilité d’exploitation et ou ses actionnaires veulent investir de l’argent avec une rentabilité supérieure à l’intérêt qu’exigent les préteurs, ces derniers auront avantage à recourir au maximum au financement par dettes. Ils réalisent un meilleur rendement, car chaque euro emprunté rapportera davantage qu’il ne coûte.
Cependant, l’effet de levier comporte un risque pour les actionnaires, car il les expose davantage à un aléa de retournement conjoncturel qui détériore la rentabilité de l’entreprise et se transformant ainsi en effet de massue, lorsque la rentabilité économique devient inférieur au coût de l’endettement.
Conclusion :

Par essence, l’entreprise est constituée pour développer un profit optimum. Pour ce faire elle dispose de plusieurs sources de développement qui lui permettent de croître et de dégager un profit. L’entreprise, en fonction de la conjoncture économique, de sa structure financière, des demandes de l’actionnaire, opte pour le recours à l’autofinancement ou à l’endettement bancaire. Il n’existe pas de mix parfait, même si les banques aiment qu’il y ait un panachage entre ces deux solutions, le choix se faisant en fonction de critères internes et externes à l’entreprise. C’est le juste dosage et la combinaison des différents modes de financement qui permettra d’assurer la pérennité de l’entreprise.
Néanmoins, depuis prés de cinq ans, le recours à l’endettement bancaire est plus restrictif au vu de l’environnement économique que nous connaissons.


anthony.moulin

Messages : 28
Date d'inscription : 20/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum