Question 40 année 2013

Aller en bas

Question 40 année 2013

Message par anthony.moulin le Mer 15 Jan - 20:00

Question n° 40 – Peut–on affirmer que le besoin en fond de roulement calculé au bilan est le besoin permanent de l’entreprise ?
Durant le cycle d’exploitation une entreprise est amenée à engager des dépenses qui seront récupérée lors de l’encaissement des ventes.
Si son activité consiste à vendre des marchandises, l’entreprise devra acquérir un stock minimum.
Dans le cas d’une activité de production ou de transformation des biens, l’entreprise devra acheter des matières premières, lancer la production et rémunérer ses salaries afin de pouvoir commercialiser ses produits et les encaisser.
Pour cela elle a besoin de fonds afin de financer son cycle d’exploitation. Cet argent immobilisé est appelé le besoin en fonds de roulement.
Calculer le BFR est nécessaire car cela permet de piloter les besoins de trésorerie d’une entreprise. Le BFR est un ratio calculé notamment lors de l’analyse fonctionnel du bilan.
Peut–on affirmer que le besoin en fond de roulement calculé au bilan est le besoin permanent de l’entreprise ?
Dans une première partie en définissant la notion et l’utilité du BFR nous démontrerons que le BFR est un besoin permanent de l’entreprise.
Dans une seconde nous rappellerons que le bilan est une photographie à l’instant T de l’entreprise or le BFR est en constante évolution.

1/ Le BFR est un besoin permanent de l’entreprise.

Le BFRE est un besoin de financement stable, durable, permanent, puisque les opérations du cycle d’exploitation se renouvellent en permanence (à chaque encaissement correspond de nouveaux décaissements).

A/ Notion du BFR.

Définition : Le BFR représente le montant des fonds des fonds investis par l’entreprise pour financer son cycle d’exploitation. Il résulte des décalages des flux de trésorerie correspondant aux dépenses et aux recettes d’exploitation nécessaires à la production et à la commercialisation des biens et des services vendus par l’entreprise.

On distingue deux composantes du BFR :
BFR d’exploitation: emploi à CT (stock et e cours, créances clients, avances et acomptes vers charges constatées d’avance) – ressources à CT (dettes fournisseurs, avances acomptes reçus, produits constatés d’avance).
BFRHE= autres créances – autres dettes (faible part du BFR) certains éléments n’ont pas un caractère récurrent et ne doivent donc pas être pris en compte dans le calcul du BFRE. Par exemple, une créance sur cession d’immobilisation relève du cycle d’investissement et non du cycle d’exploitation.

BFRE = stocks et e cours + créances d’exploitation de l’actif circulant – dettes circulantes.
• Stocks : valeur du stock à la date t selon l’inventaire
• Créances : créances clients et autres créances
• Dettes : toutes les dettes non financières (hors emprunts) à savoir les dettes fournisseurs, les dettes sociales et fiscales, et les autres dettes diverses.
BFR Global = Actif circulant total (Stocks + Créances Clients + Autres créances d’exploitation) – Dettes d’exploitation totales (Dettes Fournisseurs + Dettes fiscales & sociales + Autres dettes d’exploitation)

B/ L’interprétation économique.
D’une entreprise à une autre les BFR sont différents :
- Le BFR est positif lorsque les besoins nécessaires aux financements des emplois à court terme sont supérieurs aux ressources procurées par les délais de règlement des dettes à court terme.
- Un BFR négatif signifie que l’entreprise a des besoins inférieurs aux ressources et que par conséquent elle dégage des ressources à court terme. Elles se retrouvent par exemple dans les secteurs de la grande distribution ou de la restauration.
Les ratios accompagnant le BFR : ils permettent de calculer la durée moyenne des créances et des dettes ainsi que la rotation des stocks.Le résultat est exprimé en jours de CA. On peut à partir de ces ratios élaborer et décider de la politique à adopter pour améliorer la trésorerie.

Le ratio de rotation des stocks : On peut calculer ce ratio, soit de manière global ou par type de stock (Produits finis, Matières Premières…)
Formule : Stocks et en-cours de bien / CA HT * 365
Le ratio de délai fournisseurs :Formule : [(Dettes fournisseurs - avances et acomptes versés sur commandes)/ totalité des achats TTC]*365
Le ratio de délai client :Formule : [(Créances clients - avances et acomptes reçus sur commandes) / CA TTC] * 365
Ce ratio permet de déterminez le délai moyen d’encaissement des créances clients.

II/ le BFR de l’entreprise est en constante évolution.

A/ Le BFR inscrit au bilan ne tient pas compte de l’effet de saisonnalité.

Le BFR comptable ou bilanciel qui se base sur l’analyse du bilan de fin d’exercice et/ou intermédiaire. Il est simple à calculer mais présente l’inconvénient de ne pas tenir compte de l’effet de saisonnalité.
En effet, il est possible que la date de clôture d’exercice, donc la date à laquelle la « photographie » du bilan est effectuée, ne soit pas représentative de l’activité moyenne de l’entreprise. D’autre part, il ne permet pas un véritable pilotage du BFR qui est volatile et dépend intrinsèquement du niveau d’activité de l’entreprise.

Ex : en cas de versement d’une subvention en deux fois dans l’année, le BFR va être très important avant le versement de la subvention puis va chuter brutalement au moment du versement de cette subvention.
Dans le cas du versement du 1/12ème d’une dotation globale à échéance mensuelle régulière, cette observation avant et après le versement sera nettement moins brutale.

Le bilan est utile pour présenter les tendances du BFR : on constatera son évolution d’une année sur l’autre.
L’analyse approfondie de la structure financière nécessite souvent l’analyse des différentes situations intermédiaires. Il peut être pertinent de calculer le BFR de la structure selon une fréquence déterminée (ex : tous les mois, trimestres, semestres) de sorte de mettre en évidence les variations possibles du besoin de financement au long de l’année.

B : les stocks, les créances clients, les dettes fournisseurs… pris en compte dans le calcul du BFR, sont des postes en évolution constante.

Le niveau du BFR est étroitement lié à la nature de l’activité de l’entreprise et à la durée de son cycle d’activité mais il dépend fortement des choix ou des contraintes de l’entreprise en politique de délais accordés, de délais obtenus, de prix d’achat, de gestion des stocks et de coût de production tout au long de l’année.

L’évolution des délais de règlements Clients / fournisseurs
- L’entreprise peut limiter les délais de paiement des clients (traiter rapidement les factures, les relances, le recouvrement)…
- Les délais plus longs peuvent être accordés dans le cadre d’une politique commercial (capter de nouveaux clients, contexte de concurrence accrue, des difficultés à vendre…)
- Le montant du BFR peut augmenter si les paiements clients prennent des retards.
- de meilleurs délais peuvent être obtenus (négocier les délais de paiement, s’imposer du fait du rapport de force…)

L’évolution des stocks : il est dépendant de l’activité saisonnières ou pas), des politiques d’approvisionnement (l’entreprise doit pallier aux aléas des transports ou au risque une rupture d’approvisionnement si recours à l’importation), des prix d’achat des matières premières, du recours ou non à l’externalisation, du cout de la production des stocks. La rotation des stocks est également à surveiller, si les stocks gonflent, il faut prévoir une augmentation du BFR à financer.

Le BFR peut également être impacté par :
Le politique de prix stockage : Plusieurs facteurs permettent à une entreprise de négocier ses prix d’achat : la taille de l’entreprise et les quantités achetées, la variation des cours liées aux perturbations du marché.
La politique de production : Lorsque la production est fortement intégrée, les BFR sont très importants du fait du niveau des stocks et de la main d’œuvre nécessaire aux cycles d’exploitation. Le recours à la sous traitance permet aux entreprises à activité saisonnière notamment, de maitriser le cout de la main d’œuvre et en conséquence le niveau de BFR. (ex : en temps de crise les constructeurs automobiles s’acharne à liquider leur stock).

Conclusion : Les stocks, les créances clients, les dettes fournisseurs… pris en compte dans le calcul du BFR sont des postes en évolution constante… Calculé à la date d’arrêté des comptes, le BFR n’est pas forcément représentatif du besoin permanent de l’entreprise. Il n’est que le reflet d’une structure financière d’exploitation à une date donnée et pas nécessairement un indicateur fiable du besoin de financement généré par l’exploitation tout au long de l’année.


anthony.moulin

Messages : 28
Date d'inscription : 20/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum